INTERVIEW – ESKEN

31489243_1616479455067066_4124970712307859456_o

" Premier EP disponible sur SoundCloud et sur toutes les plateformes de streaming. 4 nouveaux sons pour un projet de 13 minutes environ, t'as bien le temps d'aller écouter ça non ? " Esken.

Pour la sortie de son tout premier EP, Esken (de son vrai nom Arthur Eskenazi) a accepté de répondre à quelques questions pour Musicaleomentvotre.

Mort-Vivant est sorti le 27 avril ; c’est du rap jeune et frais, aux instrumentales diverses tirées du rap tout en mélangeant plusieurs genres, afin d’apprécier toutes les facettes que nous propose l’artiste tout droit venu de la banlieue parisienne. Certains l’ont découvert grâce au bouche à oreille, d’autres pour son passage sur la story Snapchat d’IBRATV, un youtubeur. Rencontre avec Arthur, le Montmorencéen.

Musicaleomentvotre : Est-ce que tu peux commencer par te présenter à ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Esken : Tout à fait. Je m’appelle Esken (Arthur pour mon vrai prénom) et je fais du rap depuis le lycée. En ce moment je suis en Fac de cinema pour ce qui est des études.

M : D’où t’est venue l’envie de faire de la musique, et plus particulièrement du rap ?

Esken : J’ai commencé par le slam qui m’a très vite lassé par les limites que le genre pose, non pas à l’écriture mais beaucoup à l’interprétation. Et surtout, je suis un grand fan des instrumentales de rap qui peuvent en fait toucher à tout les styles, donc je me suis naturellement dirigé vers ça. Sinon, j’ai toujours aimé écrire depuis la primaire, des histoires comme des rimes.

M : Comment qualifierais-tu tes goûts musicaux, quelles sont tes influences et comment les retrouve-t-on dans tes propres titres ?

Esken : Ils sont ultra variés en fait, et j’essaye de faire un rap qui l’est aussi, donc on peut dire qu’on le retrouve en cela. J’ai envie de pouvoir écouter de tout et par extension de pouvoir créer tout autant, tant que ça reste fidèle à ce que je suis. Ma famille de 5 enfants (je suis le 4ème) et mes potes ont tous influencé à leur manière le contenu de ma playlist.

M : À propos de MORT VIVANT, pourquoi ce titre ? Comment t’es-tu organisé pour produire cet EP, et avec quelle aide ?

Esken : Pour le titre, je laisse libre interprétation à tout le monde, quelques explications se trouvent dans mes textes, mais je peux juste dire qu’il me tenait à coeur.
J’ai économisé pour pouvoir me payer des séances à AK Studio où j’enregistre mes titres depuis OMQGLT. Le problème, c’est que le temps est limité et donc qu’on ne peut pas revenir sur des erreurs éventuelles, sauf en payant. Mon but serait d’avoir un endroit où je peux enregistrer librement et autant que je veux. Sinon pour les clips de ce projet, je suis suivi par un label, KULT’, qui démarre mais qui est rempli de jeunes très chauds avec qui je compte avancer pour le moment.

M : Tes sons parlent beaucoup, indirectement ou pas de la jeunesse et de ses petits plaisirs (alcool, drogue et j’en passe) et on imagine bien que tu t’inspires de ta propre vie pour les écrire ( » J’en ai crié des improvisations totalement bourré, j’en ai écrit des rap grâce à l’inspiration défoncé  » – Clik Clik Boom). Alors, quel titre te correspond le plus ?

Esken : Yes haha. Chaque titre montre une facette de ma personnalité, et comme l’être humain est complexe (ça y est je m’improvise philosophe), certains semblent se contredire. Par exemple, je peux vanter les effets de la drogue dans un son et mettre en lumière son impact négatif sur moi dans un autre. Folie est pour moi le son qui représente le plus cette difficulté de se comprendre. Sinon dans  » Mort Vivant  » je dirais que c’est Puzzle.

M : Quelle est ta principale cible à propos de tes textes ?

Esken : Si tu parles de ceux à qui je parle dans mes textes, je ne m’adresse vraiment à personne si ce n’est à moi, mais c’est un plaisir de voir que des gens se reconnaissent dans mes textes, notamment Folie, et ça nous fait tous nous sentir un peu moins seuls. Sinon je parle à « X » pour faire de l’egotrip et je peux parler indirectement de certaines personnes, mais je ne vise jamais une cible en particulier quand j’écris une chanson, même si je peux parfois deviner à quels types de personnes elle plaira en majorité.

M : Si on compare par exemple Continuer d’avancer ou Voulez vous vous cacher avec moi (ce soir) avec les quatre titres de ton EP, on peut se rendre compte que MORT VIVANT est bien plus axé dans l’univers du rap qu’à tes débuts, tant au niveau du débit qu’au niveau des instrus. Comment expliquer ce choix ?

Esken : J’étais plus d’humeur à être dans cet univers, c’est tout haha. Je n’exclue absolument pas le fait de refaire des chansons comme celles-ci, voire des différentes de tout ce que j’ai pu faire aujourd’hui, mais disons aussi que ça me semblait important de commencer par un EP plus axé rap pour montrer d’où je commence, même si Eventail annonce bien la couleur concernant la liberté que je compte prendre dans la réalisation d’autres projets. J’ai hâte d’y être.

M : Quel genre de reconnaissance peut-on  » gagner  » en augmentant son audience grâce à @1minute2rap sur Instagram ? Les écoutes ont-elles doublé, tu as plus de soutient ?

Esken : On a une plus ou moins grande arrivée de nouveaux abonnés, et ça fait forcément un peu plaisir. Les écoutes n’ont pas doublé et ce n’est pas la communauté qui s’intéresse le plus à ce que je fais. Maintenant, ça entraîne aussi à faire du freestyle face caméra et à se préparer aux jugements des gens sur internet que j’ai vraiment connu sur cette page, plus que sur ma chaîne YouTube pour l’instant. C’est donc un bon exercice que je recommencerais peut-être quelques fois.

M : Peut-on dire que le fait de passer sur le snap d’IBRATV à été le signe d’un début de beaucoup de choses ? Gagner 600 abonnés en si peu de temps, ce n’est pas offert à tout le monde. Peux-tu nous raconter cette expérience ?

Esken : *Rires*. C’est une histoire marrante, mais ça n’a été le début que de l’arrivée comme tu dis de 600 abonnés, ce qui est super cool, bien sûr, mais qui ne démarre pas une carrière. En gros, on était dans son bar pour mes 18 ans, qui est aujourd’hui un restaurant à Châtelet. On commande pas mal de verres et on finit par aller le voir avec des potes en lui demandant s’il y a moyen d’être en story avec lui. Par extension, on voulait en profiter pour faire tourner la page YouTube, même si dans cette story je fais mon auto promo avec un air de mec totalement explosé à minuit et quelque. Le lendemain je me réveille avec 1000 nouveaux abonnés, dont 600 sont restés.

M : Un album est en cours de réalisation ?

Esken : Pas pour l’instant. Je veux me lancer dedans quand je serais vraiment prêt à réussir et à aller loin, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui même si  » je suis là pour gagner « . Par contre, un ou deux autres nouveaux EP risquent de vite suivre le premier.

M : Quand est-ce que tu remontes sur scène ?

Esken :  La prochaine scène est le 17 mai à l’occasion du Festival Solidarités à la Fac de Saint Denis, Paris 8. Toutes les autres seront communiquées sur mon Instagram : @Arthur_Esken.

M : Si tu étais : un artiste ? Une chanson ? Un album ? Un genre musical ?

Esken : Un artiste, Mac Miller pour son parcours. Un album, Port of Morrow de The Shins pour son chanteur. Un genre, l’alternatif (ça veut tout et rien dire donc c’est parfait haha).

M : Une phrase à placer dans un futur titre ?

Esken : J’écris des chansons pour me sentir exister.

M :  Le mot de la fin est pour toi.

Esken : Continuons d’avancer.


Ce chouette EP est donc désormais disponible sur TOUTES les plateformes de streaming. Le partage est illimité.

Publicités

SÉLECTION DE FIN D’ANNÉE {2}

Ça y est, nous avons franchis le cap de l’année 2017

Bonjour 2018

Je reviens aujourd’hui, en pleine nuit, pour te présenter le deuxième article  » sélection de fin d’année « . Au programme : mon choix d’artistes et de chansons qui ont bercé mon année 2017. Tu dois déjà en connaitre certains, mais d’autres sont en devenir, en route vers la gloire (et toutes les autres belles choses qui vont avec). Si tu ne connais toujours pas les artistes dont je vais te parler, je pense que pour commencer 2018 en beauté, tu devrais aller jeter un coup d’œil sur ce qu’ils font. Et sinon, bonne année.

ANGÈLE

La première artiste dont je tiens à te parler a figuré plusieurs fois sur ce site (si tu en as marre d’elle, VA-T’EN. Non, c’est une blague). Il s’agit d’Angèle, jeune belge très prometteuse dans le monde le musique, et petite sœur du rappeur Roméo Elvis, dont tu as forcément déjà du déjà entendre parler, que ce soit sur Musicaleomentvotre ou ailleurs. Je l’ai connu grâce à son très beau cover de Bruxelles ma belle de Dick Annegarn pour Sofar Sounds et très vite, j’ai été sous le charme.

Angèle, c’est une djeun’s qui a fait un carton sur Instagram, notamment grâce à ses convers, ma foi plutôt marrants mais très jolis. Elle est naturelle et joue tout (ou presque) au second degré. Angèle te donne le sourire et te faire danser dès le matin, surtout quand tu écoutes La loi de Murphy, titre dans lequel tu peux beaucoup trop bien te reconnaitre.

PS : elle a fait les premières parties de Damso et d’Ibeyi… si ÇA c’est pas la classe…

FOXYGEN

Pop et folie. Voilà comment je qualifierai le second groupe dont je veux te parler, qu’on appelle plus communément Foxygen. Groupe de l’amour, groupe de 2017 et ce, sans hésitation. Accompagnés par un orchestre symphonique dans le titre qui m’a permit de les découvrir, soit Follow the leader (clairement un des meilleurs), j’ai tout de suite été conquise.

Ce titre m’a accompagné pendant TOUTE la période du bac. Dis toi bien que réviser sur la terrasse, un ice tea dans le bec et ce titre en boucle, était la meilleure idée qui ai pu me passer par la tête. C’est peut-être d’ailleurs comme ça que je suis devenue bachelière… m’enfin. Foxygen est un groupe qui inspire joie et bonne humeur, sans artifices. Leur album est excentrique, à grande échelle et qui nous surprend dès la première écoute, soit tout ce qu’on aime. Ben ouais, c’est pas très «  » » moderne «  » » comme musique, selon certaines personnes. Mais qu’est-ce que Musicaleomentvotre A-DO-RE.

 

CLAIRO

Clairo, c’est une jeune demoiselle de seulement 19ans, et qui commence sincèrement à se faire une bonne réputation du côté des jeun’s. Une nonchalance superbe à écouter, un naturel dont on ne se lasse jamais et évidemment, une voix basique mais qui fait son effet une voix à fond dans les oreilles. Je l’ai découverte grâce à son titre Pretty girl un peu avant la rentrée scolaire 2017 et depuis, toutes ses chansons tournent plusieurs fois par semaine dans mes écouteurs.

Quand je parle de naturel en décrivant Clairo, je cherche avant tout à essayer de te faire comprendre que cette jeune femme partage sans artifices de la musique chill (chill out music = musique relaxante). Et je pense que tu ne pourras pas nier ce fait. Que tu l’écoutes chanter matin ou soir, tu es directement propulsé(e) dans une ambiance « ahhh on se croirait en vacances, c’est si chouette, si détente… » alors qu’en fait, non ; tu vas juste commencer ta journée, comme les jours précédents de la semaine. Croire que nous sommes dans un autre monde, là est l’effet que cette chanteuse au talent en devenir me balance.

Psssss : écoute Flamin hot Cheetos. C’est ma favorite, je la connais par cœur, et elle est juste trop cool.

PANTÉONE

Pantéone, c’est mon duo de DJ préféré de fin d’année, découvert grâce à mon pote Clément (et ouais, certaines personnes ont des goûts/relatins plutôt cool dans mon cercle d’amis…). C’est un coup de cœur, qui j’espère sera aussi le tiens si tu aimes bien la HOUSE MUSIC. Clément me les a fait découvrir grâce à leur remix d’Italove (Emmanuelle), et celui-ci, je pense, est paré pour me faire danser toute l’année. Une touche de voix féminine, un beat assez répétitif mais trop agréable pour passer à la chanson suivante… Ce titre, personnellement, m’inspire l’été et la bonne humeur : comment ne pas l’écouter en boucle?

Pantéone, c’est la French Touch 2.0. C’est groovy, issu de la house music et un brin disco (comme on l’aime, dis-donc!). Le titre qui est obligatoirement dans mes playlists reste quand-même leur remix d’À la dérive, de OSLF, qui a été pendant bien des jours mon réveil (quitte à se réveiller à 6h30, autant se réveiller du bon pied, et avec un bon son, non?).

Sinon, le duo de DJ a aussi fait la Villa Schweppes en 2016 et ça, ce n’est pas un détail à négliger… l’avenir appartient aux jeun’s, passionnés de musique.

ESKEN

Esken, je t’en ai déjà parlé plusieurs foi déjà. C’est un jeune rappeur du 95, qui mine de rien, arrive à se faire entendre de plus en plus (et ça, c’est vraiment top). Je l’ai découvert en été 2017 avec Continuer d’avancer, et à vrai dire sans trop savoir ce que j’allais découvrir. Mais quelle agréable surprise! Une bonne prod’, un texte qui tient la route et un flow, sans te mentir, plutôt intéressant.

Et puis, Esken, c’est le genre de mec qui n’aura jamais fini de t’impressionner. En effet, plus il sort de titres, plus ceux-ci sont bien maitrisés et captivants au niveau du texte. C’est d’ailleurs le cas de Mètre de shots, qui est le son qui m’a le plus tenu compagnie cet été, pendant certains trajets plus longs que d’autres. Il retrace très bien la vie des « jeunes de nos jours », et je pense très sincèrement que c’est grâce à ça qu’Esken n’a pas finit de toucher son public. Personnellement, je l’attends au tournant…

PS : même mes parents apprécient son travail, alors pourquoi pas toi?

LES MEILLEURS TITRES DE 2017

Une petite playlist en l’honneur de ces chansons qui ont fait mon année.

PS : c’est le désordre.

 

LA CLASSE À LA FRANÇAISE

Bonsoir, c’est lundi. Lundi, c’est égal au début d’une nouvelle semaine et t’es surement déjà crevé(e) de voir qu’il te reste encore tous ces jours à faire avant de pouvoir crier au « week-end« . Mais le lundi sur Musicaleomentvotre, c’est le jour des nouveautés, et des chansons qui te motivent, qui te donne la détermination d’aller travailler dans ce froid et sous cette pluie. C’est aussi un jour qui te montre que la musique et les Artistes te sont indispensables parce qu’ils égayent ta journée, ton début de « week ». Ce soir, j’ai décidé de te faire part des nouveautés dans la catégorie « musique française », parce que… j’ai été éblouie. Un « trop plein » de talent en une journée, c’est de ça qu’on rêve.

Moi, je rêve de chaleur et de douceur, de quelque-chose d’exotique et qui saura me faire danser n’importe quand dans la journée. Beh tiens, Améthys de Témé Tan s’est trouvé en travers de mon chemin, et répond à toutes mes demandes. Ce titre est sorti il y a quelque temps, mais cette version pour la Radio Nova m’oblige à te le publier. Ce mec est génial et a sorti son premier album Témé Tan il y a pas si longtemps que ça. Soleil et tropique. Dès le début d’Améthys, je me sens obligé de shake my body et de lâcher un petit sourire de bonheur. C’est tout doux, tout beau et je pourrais l’écouter en boucle ; pas toi ?

Pi Ja Ma, c’est une jeune dame que j’ai découvert grâce à la Nouvelle Star, il y a quelques années maintenant. Entre ses talents d’illustratrice et de chanteuse, on ne pouvait pas tomber mieux. Son clip pour By The River (soit sa chanson que j’aime le plus), est sorti le 18 octobre, et je t’avoue que je l’écoute encore plus que lorsque je l’ai écouté à sa sortie. Dans le train, à 7h48, il y n’y a pas mieux que cette jolie voix pour égayer un peu le trajet et voir la vie positivement (entre deux têtes de gens mal réveillés et qui tirent la gueule). Entre roulades par terre et lyrics en bleu sur blanc, Pi Ja Ma se voit être la définition de la pureté.

De la pop française et poétique, c’est ce qu’Eddy de Pretto sait faire de mieux. Bien que je n’ai pu le voir au MaMA festival la semaine dernière (parce que oui, mon école m’a permis de participer au festival !!), je peux quand-même te dire qu’Eddy n’est autre qu’un Artiste avec un grand A. Des clips des plus simples, une voix envoutante et quelques beats par-ci par-là, je pense que De Pretto est une de mes révélations de l’année. Son premier EP d’ailleurs est sorti, sous le nom de Kid, est signe de poésie rythmée façon 2017, et mon dieu, c’est ce qu’il fallait en cette période d’automne. Merci la France, d’avoir des artistes de ce genre.

Tu penses bien qu’une playlist nouveauté sans un brin de rap (du 95), ne serait pas une playlist digne de ce nom. Ben voilà, mission réussie en un claquement de doigt avec mon poto Esken qui a sorti il y a très peu de jours Arya. Et encore une fois, il n’y a aucune ressemblance avec ses titres précédents. Esken excelle dans le mélange de style, dans la créativité et dans la recherche de quelque-chose de nouveau pour chacun de ses sons. Si tu compares avec ses premiers titres tels que Continuer D’avancer par exemple, tu observera très vite une progression tant au niveau de la musique que des paroles. Alors, que le premier qui me sort qu’Esken n’a pas d’avenir aille au bûcher.

Début du mois d’octobre. CJM’S, que j’ai d’abord connu en tant que danseur, a publié une reprise de Paris s’éveille de Jacques Dutronc. Mélangeant beatbox et une voix qu’on pourrait reconnaitre parmi plein d’autres, cette chanson est i-dé-ale au réveil, en début de journée et même en début de soirée. CJM’S a toujours été très talentueux  mais, comme dirait mon très cher père, « là, il a fait fort« . Son travail est sans cesse plus remarquable que la fois précédente et je pense que ça, c’est être un réel artiste. Comme quoi, le beatbox peut être autre-chose que seulement des « bruits de bouche ». Bah ouais, quand tu sais te servir de cet outil pour faire autre chose que manger, tout devient tout de suite plus beau.

Dans la catégorie franglais, je ne pouvais m’empêcher de te parler d’Angèle, soit la petite sœur du rappeur belge Roméo Elvis, mais avant tout surtout douée d’un talent indéniable et immense à nous faire « se transporter » avec ses titres. Comme quoi dans cette famille, le talent est héréditaire. BREF. Angèle, moi je l’adore mais ça, tu le sais déjà. Dans La loi de Murphy j’aime le côté pop musique douce croisé à quelque-chose légèrement humoristique et qui te fait bouger le popotin. Personnellement, le titre est sorti aujourd’hui même et depuis que je l’ai écouté (ré-écouter et voire même écouter en boucle), je danse comme elle et vois la vie en rose. Les belges sont l’avenir de la musique !

Pour danser jusqu’au bout de la nuit, rien ne vaut un bon morceau disco. Corine, que j’ai connu grâce au MaMA, est la chanteuse parfaite pour te faire aimer danser jusqu’à l’aube. Marche Nocturne est pour moi le meilleur morceau qu’elle a fait et je ne pense pas m’en lasser rapidement. Tout le monde n’est pas apte à aimer Coco si je peux me permettre, mais j’aimerai tout d’abord remercier mon école et ses partenariat de nous permettre de découvrir des talents si « vintage » et si cool. Corine animera donc à partir d’aujourd’hui mes futures soirées, que tu sois d’accord ou non.

x240-IZk
cliquer ici pour écouter la chanson

La très très grande sortie de la semaine, n’était autre que l’album La Fête est Finie d’Orelsan, ce rappeur qui a fait unanimité dans les magazines et sur les réseaux sociaux. Entre les diverses collab’ (Stromae, Ibeyi, etc…) et le rap qui devient la nouvelle musique française, on peut dire qu’Orelsan a lui aussi fait fort et est même considéré par LesInrocks comme étant « un des auteurs les plus doués« . Un des titres phares de cet album selon moi, c’est Notes pour plus tard, en featuring avec les jumelles d’Ibeyi et ce, au grand bonheur de nos oreilles. C’est beau et poétique, tout en gardant le côté personnel d’Orelsan = cet effet d’urgence et d’ennui. Orelsan dit des choses simples et basiques, tout « chantant » des choses dites importantes, si tu écoutes bien les paroles. Moi qui d’habitude ne suis pas une grande fan de cet artiste, je te conseille vivement d’écouter La Fête est Finie du début à la fin, et sans modération.


MUSICALEOMENTVOTRE

abonne toi

COOL MAN

Et de nouveau à mon clavier après une looooongue journée de travail. La petite Musicaleomentvotre redevient régulière comme à l’époque, et revient donc te parler cette semaine de musique (soit de manière plus approfondie que dans le dernier article). Et aujourd’hui -pour une fois-, je viens te parler nouveauté à 100%, puisque cette semaine a été riche en sorties. De tous styles, de tous genres. Je te parlerai donc de rap féminin comme masculin, de québécoise, d’électro et de rock. Et tout ça, crois moi, pour le bonheur de tes oreilles.

Remballez tous vos mecs qui rappent et se la jouent cool, Aloïse Sauvage les met à l’amende

Aloïse Sauvage, c’est une Artiste avec un grand A, et comme je les aimes. C’est le genre de jeune femme à la multitude de talents cachés tels que la danse, la musique ou encore le cinéma. Car oui, je l’ai découverte sur un grand écran dans 120 Battements par Minute et depuis, je suis fan. Je l’ai d’abord vu jouer un rôle, puis danser et enfin, dans le clip d’Ailleurs Higher, qui mêle mouvements de danse et chant, soit tout pour me plaire. Aloïse Sauvage fait partie des nouveaux Artistes à la fois hybrides, sensibles et puissants. Elle est d’ailleurs la preuve que les femmes peuvent rapper en franglais, en 2017 et sans se la jouer bonhomme ou tourner au ridicule. Le personnage d’Aloïse est d’ailleurs aussi intéressant que sa musique si tu remarques bien : tout est propre à elle-même. Et ça, c’est la classe.

Souffle intense et groove de velours

Charlotte Cardin elle, c’est l’ancienne mannequin qui a fait partie de ma liste des révélations musicales de l’année 2016. Cette artiste québécoise, génératrice de frissons a sorti son EP, Main Girl il y a quelques semaines maintenant, et en plus de ses anciens titres, nous retrouvons Main Girl, dont le clip est sorti par la même occasion. D’abord, Charlotte Cardin a la classe. Ensuite, sa voix est toujours aussi belle et atypique que dans ses anciens titres (ici, et ici) et sa musique toujours aussi groovy, au bonheur de mes deux oreilles. De mélancolie pop-folk, c’est un peu tout ce qu’on pourrait demander à écouter en ce mois de septembre pluvieux, gris et froid. Son EP Main Girl est à écouter accompagné(e) d’un plaid et d’un chocolat chaud. C’est si beau.

On vous épargnera l’adjectif « renversant »

Si je devais qualifier ce tout nouveau clip de Jumo, intitulé Bleu, je parlerai sans hésiter de quelque-chose de B E A U. Jumo sort un clip où l’on observe un danseur qui bouge son corps de façon magnifique, et à l’envers. Et BIM, dès le départ, on t’annonce la couleur (bleu, t’auras compris la petite blagounette), afin de te faire comprendre que grâce au clip et à la musique, Jumo te retournera le cerveau et te transportera sur une toute autre planète. Merci à la musique, et aux musiciens talentueux de nous permettre de voyager de la sorte. Des moments forts, d’autres où le son est pratiquement coupé… ce morceau est donc intense du début à la fin. C’est ce que Musicaleomentvotre aime, l’intensité. Bravo.

T’arrives à instaurer une sacrée ambiance dans tes sons

Esken, c’est le nouveau petit prodige du rap (dans le Val d’Oise en tout cas). Il a commencé par faire du rap comme un mec lambda qui se lance dans la musique et est monté petit à petit sur YouTube (tu devrais essayer de taper « Esken » dans la barre de recherche, tu tomberai sur des trucs vraiment cool). Et puis, au fur et à mesure qu’il se fait connaître, Esken se promène dans plusieurs styles / genres de musique. Avec Fuir, on peut toujours entendre son rap, ses rimes et son flow personnels, cependant cette fois avec une ambiance plus chill, voire même dansante. Visiter de nouveaux horizons, tester de nouvelles choses, c’est ce qu’Essen fait au fur et à mesure que ses titres sortent. Et c’est cette diversité qui lui va si bien (et qui nous plait tant).

Piégé dans un ascenseur émotionnel

Lift est un morceau de Radiohead qui a été écrit en 1997, et depuis un peu oublié, on l’avoue. Mais 20 ans plus tard, les membres de Radiohead ont décidé d’en sortir un clip, qui se passe comme son nom l’indique dans un ascenseur, du début à la fin. Transportés d’étage en étage à regarder le temps / les gens passer, c’est être propulsé dans l’espace pendant quatre bonnes minutes en écoutant ce morceau magique. Imagine ce morceau joué en 97 puis aujourd’hui, 20 ans plus tard. La magie de Radiohead. Que les années passent ou que nous stagnions à un point donné, ce groupe saura toujours comment nous faire frémir de bonheur, en jouant simplement des morceaux plus géniaux les uns que les autres. Le talent, c’est ça, et c’est leur dernier album A Moon Shaped Pool (ou la réédition de OK Computer version 2017). Au choix.

Being so normal

Peach Pit, comme tu l’auras compris si tu lis Musicaleomentvotre chaque semaine (hum hum), est un des groupes que j’écoute le plus depuis quelques mois maintenant. C’est un quatuor groovy aux airs quelque peu nonchalants et indie « flou », qui pourrait nous faire penser à Mac Demarco  et qui a sorti le 15 septembre l’album parfait pour l’automne 2017. Oui oui, crois moi. Inutile de plaidoyer une énième fois à propos de la voix de Neil Smith, car je pourrai en parler pendant un bon moment. À la fois atypique, automnale pour le coup et un chouya lambda, si je peux me permettre ; en gros, il y a quelque-chose de mystérieux qui me plait en cette voix, bien qu’elle soit similaire sur à peu près tous les titres. Mais bon, là n’est pas la question. Tommy’s Party est très certainement un des titres que je préfère et tout droit venu de leur nouvel album, Being So Normal (que tu devrais très vite aller écouter. Genre maintenant), et je pense l’écouter pendant un bon moment.


Musicaleomentvotre

click here to listen something cool

contact ; tmbleola@gmail.com / LT

SHARE THE MUSIC

Cette semaine est une semaine remplie de nouveautés, aussi cool, voire belles, les unes après les autres. Et il me devait de t’en parler maintenant, pendant ma pause parce que bon, il faut share the music en temps et en heure.

Entre le charmant Romain Pinsolle, ses chansons françaises et son allure de poète pop-rock ; le franglais de l’actrice, danseuse (et Artiste en gros) d’Aloïse Sauvage, le rap qui touche à tout d’Esken, le Nick Murphy plus éclectique que jamais, le groove de YURZ et l’explosion électronique de Rone, on a bien été servis. Et dis toi que ce n’est pas terminé… le reste est à venir.


Musicaleomentvotre